Une matinée fructueuse

Aller en bas

Une matinée fructueuse

Message par Menuiziebihan le Mar 10 Fév - 10:13

Ce matin j’avais mis la radio, rien de très original, réflexe partagé par un grand nombre d’habitants vacant à leurs occupations matinales, l’attention que j’y prêtais, là encore  ne me distinguais pas  de la moyenne de la population, tout dépendait  de la concentration que demandaient les autres activités que je menais conjointement : mastiquer, laver les dents, boire le café, feuilleter le journal dans les toilettes, tirer les poils du nez, bailler, et autres. Donc ce matin mon niveau de concentration n’était guère différent des autres jours , c'est-à-dire assez moyen, quand un sujet qui me tient à cœur se trouva être abordé.

Le sujet du jour, en tout cas de la matinée, à tout le moins de la minute, qui semblait passionner notre présentateur matinal, concernait les mesures pour les chômeurs de longue durée, le sujet n’avait rien de nouveau, ni à la radio, ni pour moi mais il me poussa à mettre en pose mon activité masticatoire du moment Le présentateur commença par donner le chiffre du nombre de personnes ayant la joie toute relative de bénéficier de statu,  chiffre que  notre homme n’hésita pas à qualifier d’important, pour ne pas dire d’éloquent, voire impressionnant, bref un record absolu. Une fois la liste des superlatifs possibles épuisés, ce qui se produisit assez vite, on passa le micro au spécialiste. En fait je n’ai pas très bien compris s’il était plus spécialiste que responsable ou réciproquement. On sentait bien que l’homme était consterné par la situation, ce qui le mettait du coté des spécialistes, mais en même temps l‘enthousiasme dont il faisait montre pour parler de ces mesures, tendait à le classer parmi les responsables.

Toujours est-il qu’il expliqua avec beaucoup d’allant  les mesures phares de ce programme, car c’était un programme, il y a belle lurette que la réduction du chômage de longue durée était un objectif, alors il fallait bien qu’un jour elle devienne un programme. Il semblait donc que ce jour était advenu, à moins qu’il l’ait déjà été et que je ne l’ai pas remarqué. Si d’ailleurs c’était le cas, cette ignorance semblait largement partagée car notre spécialiste-responsable en parlait comme d’une avancée innovante des plus récentes. Pour être sincère je ne sais plus trop s’il en parlait comme d’une avancée, une innovation ou quelque chose de récent, mais en tout cas tous ces mots y étaient, même si ce fut dans un ordre qui m’échappa un peu.
Le lyrisme de notre spécialiste-responsable me semblait d’assez bonne augure. Certes rien de ce qu’il disait n’aurait pu passer, même aux yeux de l’esprit le plus émoussé, comme le résultat d’une réflexion, ou la traduction d’un espoir, si ténu fut-il, d’aboutir à un résultat. Mais je ne me sentais pas d’humeur à mégoter mon plaisir, d’autant que  dans ce domaine, la forme prévalant sur le fond, la parole est souvent une forme d’action dont beaucoup savent se contenter.

Sans le connaitre, j’appréciai  chez cet homme, comme chez ces congénères, cette capacité de cultiver l’étonnement permanent, il communiquait à flot continu son inextinguible ébahissement. Donc tout habité de son enthousiasme novateur, il détailla les fameuses mesures phares. J’aime assez cette expression : mesures phares, on sent bien que l’idée est que notre attention y soit toute entier portée, comme les phares d’une voiture dans la nuit hypnotisent tout ce qui est rats, musaraignes ou mulots. Certes la fin de ces derniers ne semble pas enviable mais au moins ont-ils vécu un moment d’éblouissement intense et rémanent avant que les pneus ne laissent chez eux une empreinte tout aussi durable.

Donc nimbé du halo virtuel des projecteurs programmatiques, notre spécialiste –responsable démarra sur la formation. Etait-ce mon état, tout à fait excusable, de somnolence, ou la vibration parasite de la brosse à dent électrique, toujours est-il que j’eus quelques difficultés à saisir le contenu exact, mais sans nul doute pertinent, de cette formation. En fait ce qui m’échappa c’était surtout le lien avec la situation de chômeur. Je m’explique, si j’avais bien compris, il s’agissait, en gros, de former les gens au travail. Je reconnais que formuler ainsi l’idée peut sembler curieuse, mais force est d’admettre que l’explication qui suivit la présentation de cette innovante idée, ne manquait pas d’un certain bon sens.

Notre intervenant-responsable matinal nous expliqua que ce qui caractérise un chômeur de longue durée est de ne pas avoir travaillé depuis longtemps. Vous m’accorderez que cette remarque liminaire est parfaitement inattaquable : être au chômage c’est ne pas travailler et une longue durée veut dire longtemps, cette reformulation me frappa par sa simplicité éclairante parfaitement en phase avec l’heure matinale et le publique de cette chaine de radio, je vis dans cette litote lumineuse comme une sorte d’introduction de circonstance aux mesures phares.

Donc une personne qui n’a pas travaillé depuis longtemps a perdu l’habitude de travailler, un peu comme le vélo quand on a arrêté quelques années, il faut quelques tours de chauffe pour retrouver ses marques et ses réflexes. Aussi notre homme proposait de former les gens au travail.  Il y avait là une évidence qui ne m’avait jamais frappé, chacun croit savoir travailler mais en fait tout çà est très empirique, fait de petits rituels, d’habitudes accumulées, de convictions forgées avec le temps. Il était donc nécessaire de fournir le mode d’emploi à nos impétrants au travail. Vous me direz que ce que cherche un chômeur c’est un travail et non pas une formation au travail. Je vous répondrai qu’il faut bien commencer par quelque chose, une marche après l’autre. Etant donné que fournir du travail semblait inatteignable par nos autorités gouvernantes, il était préférable de revoir à la baisse leurs ambitions et de proposer quelque chose qui soit à leur portée : une formation. Une formation c’est très pratique car vous arrivez à occuper beaucoup du monde dans un espace réduit et le tout sans développer beaucoup d’énergie. La démarche me paraissait des plus pertinentes et j’en augurai un sucés certain.

Pris dans cet enthousiasme matinal que l’interview avait suscité je me mis à imaginer le contenu d’une telle formation : par exemple la pause-café, comment situer la machine, les habitudes, les thèmes à aborder, combien de temps on pouvait rester à coté de la machine, quel type de café il fallait choisir et autres subtilités liés à l’usage de la pause-café. Je réalisais que su ce seul sujet qui semble a priori trivial, il n’était pas interdit de penser qu’on pouvait dédier une journée entière, voire deux . D’autant qu’il fallait aussi prévoir des ateliers, des travaux de groupe, des mises en situation et tout autre exercice pratique permettant de passer au volet concret du thème de la Pause-café et s’assurer de la bonne appropriation du contenu.
Je passais une bonne partie de la matinée à construire un programme étayé sur cette thématique, j’étais des plus satisfaits du résultat et dans le mouvement je couchais sur le papier les autres thèmes que  l’on pouvait aborder dans cette formation. Au bout d’une heure j’avais noirci deux pages A4 , c'est-à-dire 21x29,7, de propositions de contenu, il y avait notamment du bon usage de l’ascenseur, le rangement des pinces à vélo, la disposition  des papiers sur le bureau, le choix des photos de famille, comment se curer le nez discrètement (avec des exercices pratiques impliquant les différents doigts de la main) , et beaucoup d’autres qui, dans un  premier  jet, justifiaient que l’on y consacre au moins deux semaines.
Tout à mon enthousiasme créatif et mon activité participative à la dynamique nationale, je laissais le temps filer, je devais me rendre à l’agence de pole-emploi, l’entretien était en début d’après-midi, la matinée n’était pas achevée, mais je vis là l’occasion de mettre en pratique un exercice des plus intéressants : comment occuper une demi-journée avec un seul rendez-vous. Je me penchais sur la carte des transports en commun : il s’agissait d’optimiser le temps de transport. Heureusement grâce à une petite application accessible par tout un chacun il était possible de sélectionner le parcours le plus long, c’était une question d’imagination. En accumulant les correspondances, les temps de parcours à pieds, les travaux, les préavis de grèves et autres impondérables je réussis obtenir un temps théorique trois fois plus long que celui proposer initialement. J’étais convaincu que je pouvais faire mieux et  multiplier ce temps  par quatre, il suffisait de traîner entre deux correspondances, laisser passer un train que vous jugiez bondé, ne prendre que les wagons en bout de quai, éviter les escalators ou les tapis roulants ou renseigner un groupe de touristes chinois en perdition. Je notais précieusement toutes ces possibilités  pour le sujet « Transport ».

Je regardais ma montre, j’étais déjà en retard sur mon planning : c’était bon signe.
Menuiziebihan
Menuiziebihan

Messages : 113
Date d'inscription : 13/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://menuisierbihan.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une matinée fructueuse

Message par Patrice le Ven 13 Fév - 21:05

Féroce et drôle, voilà qui est excellent... Cela me plait d'autant plus que j'avais entendu a peu près le même discours à la radio, me provoquant une réaction similaire, mais que je n'aurais su exprimer avec le même talent! Chronique à proposer d'urgence à un journal...
Patrice
Patrice

Messages : 118
Date d'inscription : 10/03/2014
Localisation : Chatenay-Malabry

Voir le profil de l'utilisateur http://www.malavieille.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une matinée fructueuse

Message par Menuiziebihan le Ven 13 Fév - 21:29

Merci Patrice, très touché.
Menuiziebihan
Menuiziebihan

Messages : 113
Date d'inscription : 13/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://menuisierbihan.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une matinée fructueuse

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum