Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Aller en bas

Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Message par CyrilG le Mer 7 Mai - 14:41

Jacob, ses histoires de meuniers et de loups


Enfant, je délectait des histoires que me racontait mon grand-père Jacob, au moment du coucher.
Les contes d'Andersen ou des frères Grimm racontés par ma mère me mettaient en appétit de romanesque mais les « r » roulés de mon grand-père sur des histoires de sa création m'enchantaient.

A Paris, chez lui, le mardi ou le samedi soir, dans son atelier de modeste tailleur, entre miroir triptyque, mannequin, chutes et coupons, les femmes de la famille m'avaient dressé un lit d'enfant.
C'était avant la disparition de ma grand-Mère Ilse.
Cela sentait le tabac froid et au mur les gravures de mode du 19 iéme siècle étaient fanées dans leurs cadres dorés. Les épingles jonchaient le vieux plancher et les outils de coupeurs avaient l'air lugubres, cependant j'étais là, au mieux pour entendre les contes à dormir debout de Jacob.

A la fin du repas, après qu'il eu vidé son ressentiment au sujet de la TV et des relations internationales et qu'il eu épuisé toutes ses ruses de clown et de prestidigitateur auprès de l'enfant tyrannique que j'étais, il se levait de table et disait : « T'ais-je raconté l'histoire de mon grand-père Baruch le meunier de Jassi, déjà ? »
je riais.
Ilse protestait et jacob reprenait se frottant le nez penché sur moi, se raclant la gorge, poings sur les hanches.
« Et de ses aventures avec les loups ? »
- « Non »
A cela Jacob répondait toujours
- « Sais-tu comment on attrape un loup ou un sac de farine ? »
Il m'attrapait alors, avec une traction, genoux fléchis et un coup de rein, il me hissai vite plié en deux sur son épaule, déjà en route pour ma drôle de chambrette.
J'entendais ma grand-mère et mes parents rire sans moi mais j'avais à moi la promesse de moments magiques.

Cela commençait souvent ainsi : « Il était une fois en Moldavie Roumaine, entre le Prout et le Barlui, une contrée de maïs, de neige, de boue et de crainte. Dans ce quartier pauvre souvent traversé par la tempête, la peur , comme par les histoires et les légendes, Baruch le meunier, fils de Sarah et d'Ephraim était fort comme un lutteur. Le dimanche à Jassi, après Shabbat il pratiquait avec qui voulait l'affronter pour quelques sous, sur la petite place du quartier santa Andrea. Il ne redoutait personne et souvent la lutte tournait à la bagarre. Fier et généreux, il laissait chaque semaine un sac de farine ouvert dans une huche sur le côté de sa porte.
Les jours de travail Baruch quittait sa maison avant le lever du jour pour son labeur au moulin. Il fallait pour cela parcourir à pied faubourg, ruisseaux, le pauvre pont sur le Barlui, taillis et forêts, courir, trotter sur chemins de terre venteux par tous les temps.
Baruch avait un grand nez, des épaules et des mains qui charriaient le grain, saisissaient et portaient à cadence infernale les sacs de farine, au moins 50 kg. Il avait un grand nez et savait se moucher. Quand il éternuait où qu'il soit, Rabbi Hurel et sa femme l'apprenait. Son mouchoir était grand comme un foulard. Il emportait toujours un bon morceau de Mamalig aux pommes dans un torchon noué à sa manière. Comme les lacets de ses chaussures. Il y avait ainsi dans son baluchon de roi et dans ses poches tout un trésor de tabac gris, d'un canif, de bouts de ficelles, de grains de mais, de blé et d'orge et d'avoine. »

Jacob me parlait aussi avec les mains, mimant, aliant gestes et paroles.

« Baruch ne redoutait pas la boue sur ses vieux souliers, ni les orages. Il était déjà grand-père et son lourd bâton de marche lors des longues foulées était fait à sa poigne depuis longtemps. De plus bien qu'en dise la femme de rabbi, il était pieu et courageux. Il se savait et l'affirmait haut et fort, rageant, pestant et jurant même parfois.
Cependant s'avouant soucieux il craignait les loups de Moldavie. A cette époque les grisards étaient revenus dans la région, alléchés par la misère, Rodant par les courbes obscures des chemins de forêts, attendant le moment propice entre les vieux chênes, guettant les égarés, les solitaires, tournant la nuit tombée , dans l'ombre bleue, autour des maisons où le fumet de la marmite sur le souffle de l'âtre les fait saliver, babines retroussées, avides de proies.

Baruch avait, par le passé, croisé la démarche de biais de ces féroces bandits et il n'en marchait que plus vite.

Une nuit d'automne où la pluie et la boue semblent venir d'Ukraine-au retour d'un jour de travail, sur le chemin de la maison, un peu avant minuit- Baruch reniflat l'eau de Cologne personnelle d'un loup. A l'odeur, c'est certain , on pouvait l'appeler Maitre Loup- Odeur de barbaque, de sueur, de crasse, de bêtise, de vieux fromage arrosé de mauvaise vodka. Un parfum de haine ramené par le vent tournant vers son nez d'homme. Maître Loup devait le suivre depuis 3 km.
Il serrat plus fort son bâton de marche et hissa plus haut sa lanterne au bout de son autre bras et allongeat le pas mais quelques inspirations plus loin le quadrupéde sorti du bois et des ronces pour faire des cercles autour de baruch. Les deux êtres vivants se firent face à face dans l'unique cercle de clarté de cette forêt. Des yeux jaunes sruptairent des yeux noirs.
Baruch reconnu SHMOck le hideux, célébre chef de meute.
Shmock le Hideux parla car ici comme dans d'autre contes qui sont en dehors de la réalité, les loups, mêmes les plus stupides, parlent.
Il dit à Baruch le meunier : « Comment oses tu si tard et un nez tel que le tien, me défier dans ma antre ?
- « Votre antre, Sir Loup ? »
- « Oui, j'ai acte de propriété »
- « Ah, et où est écrit, Sir Loup ? »
- « Sur mes crocs, mendiant ! »
- « Sir, mendiant n'est pas mon nom »
- « Silence, ne vois tu pas que je salives ? N'as tu pas compris ton destin ? »
- « Sir, mon nom est Baruch et je suis meunier au moulin de Dona Euzebiu. C'est moi qui lance le moteur, debout sur la grande roue et qui compte et range et charge les sacs de farine. »
- « Asticot de vieille charogne, ton nom m'indiffère. Tu auras le nom que je t'accorderais avant de te dévorer. Marches un peu que je tâte un peu de tes gigôts. »
En mordant à tâtons le jarret de Baruch, Shmock le Hideux émit une plainte alors qu'une de ces dents tombe dans une ornière.
Baruch dit :
« Oh, les dents, je comprends bien votre malheur, Sir »
Smock le hideux, l'injuria et le couvrit de fange.
Baruch dit
« Sir, je comprend bien votre contrariété mais je suis sur que vous pourriez vous montrer plus original. Tout cela, je l'ai déjà entendu depuis bien longtemps. »
- « Ah, oui ? C'est pourtant l'ordre des choses. Mais je suis bien affâmé »
- « Je comprend bien la cruauté de votre charge. Soyez grand et daignez m'enquérir de vos dents et de vos maux. »
Ils s'assirent sur un talus la lanterne entre eux.
Maitre Loup soupira.
Baruch dit : « Peut être Sir, a t il besoin de soin et de soulagement ?  À votre haleine, Sir, je reconnais là les signes d'un profond tourment et peut être que quelques grains à mâcher seraient bienfaisants ?»
Maitre loup mastiqua sans paroles, les yeux mi clos, les grains de Maïs, de blé et d'orge.
Mais il eu encore mal et Baruch fit sauter certains crocs et molaires branlantes et mal odorantes.
Les brins de laine et de coton multicolores amusèrent le loup et Baruch se servit des brins de lin pour nettoyer les intervalles dentaires du carnassier.
Baruch rassura le loup sur la salubrité de sa gueule et pendant que soulagé, le loup dévorait le gros morceau de Mamalig aux pommes, Baruch lui racontait toutes les recettes et astuces de sa grand-mèe et combien de fois et en quelles occasions lui , Baruch, sa famille, son peuple s'étaient montrés, pleutres, méprisables et grotesques.
Baruch et le loup s'étant réfugiés sous un chêne à cause du déluge d'un orage, la lune se fit oublier.
Plongés ainsi dans l'obscurité compléte, la lanterne éteinte par la bourrasque , les deux créatures restèrent côtes à côtes. Après force pets et rots, Maitre Loup laissant entendre à Baruch qu'il le verrais bien comme dessert, celui -ci lui raconta des orgies, des rêves des desserts, gâteaux au miel, aux raisins, aux noix, aux amandes, yaourt et graines de pavot.
Le récit ne pouvait s'arrêter sans que Baruch sente les griffes et l'haleine du loup sur lui. Cependant il noua -au fil des légendes renouvelées-délicatement et patiemment sa vieille ficelle autour du cou de la bête et banda ses yeux endormis avec son mouchoir beau et grand comme un foulard.

Il réveilla la bête en criant aux loups et joua la comédie de l'épouvante soudaine. Dans l'urgence le loup se cogna au chêne. Baruch enfourcha la bestiole, la saisissant par les oreilles, la cordelette comme une muselière, le bâton de marche piquant le train de Shmock le Hideux.
Baruch chevauchant le loup, le fi galoper à travers le pays en lui évitant ronces, ornières, ravins, souches et barrières et clôtures. Drôle de destrier, soumise la bête ramena Baruch jusque devant son humble logis, éreintée, fourbue.
Le pauvre prédateur fut emmailloté par ilse, ligoté et suspendu au dessus de l'âtre, assez haut cependant pour ne pas cuire trop vite.
Ilse avait promis de ne rien dire ni à rabbi ni à sa femme et pendant 7 jours et 7 nuits Shmock le hideux entendit -entravé et nourrit à la crème aigre-les histoires d'Ilse et de ses filles et de ses sœurs au sujet de cuisine, de ce qu'avait la femme de Rabbi à propos de Ruth, la fille du boulanger et ainsi un soir avant d'aller coucher, le loup épouvanté et rebondit fut libéré.
Il renonça à tout, laissa la famille aller dormir en paix pour bien des années, jurant que l on y reprendrait plus.
Baruch ramena davantage de farine, cheminant en paix entre le moulin et sa maison. Cela donna du pain et de belles histoires à raconter, qu'elles soient inventées ou pas et de grands mouchoirs encore à ce jour dans les poches des meuniers. Sans oublier quelques grains de blé, d'orge et de maïs et des bouts de ficelles de couleurs.
CyrilG
CyrilG

Messages : 89
Date d'inscription : 23/03/2014
Age : 48
Localisation : Souvent en moi-même

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Message par Azed le Ven 9 Mai - 10:07

une histoire dans l'histoire de l'enfant qui se souvient.. et on se trouve transporté dans cette enfance..
cela m'a donné envie d'en savoir davantage sur Jacob. n'est-il pas aussi Baruch (qui, dans le conte, était déjà grand-père) ? et n'est-il pas aussi l'enfant qui, par la ruse, capture le loup pour le sauver de lui-même et débarrasse le monde de sa méchanceté ?
Merci Cyril...

Azed

Messages : 28
Date d'inscription : 13/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Message par CyrilG le Ven 9 Mai - 12:07

le narrateur premier est le petit fils de jacob qui est lui meme le petit fils de baruch. et malheureusement shmock le hideux ne fut qu un loup parmi d autre sur la route de la tribue
CyrilG
CyrilG

Messages : 89
Date d'inscription : 23/03/2014
Age : 48
Localisation : Souvent en moi-même

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Message par Azed le Ven 9 Mai - 12:54

celui qui raconte et celui qui écoute une histoire peuvent se confondre avec les personnages, le temps de l'histoire. c'est ce qui fait la magie des contes..
la bête shmock de Jacob-Baruch serait comme un reflet de l'ange de Jacob (celui de d’ancien testament).
je sais je délire.. Smile

Azed

Messages : 28
Date d'inscription : 13/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Message par CyrilG le Ven 9 Mai - 16:22

je ne te saisis pas tout a fait
CyrilG
CyrilG

Messages : 89
Date d'inscription : 23/03/2014
Age : 48
Localisation : Souvent en moi-même

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Message par CyrilG le Ven 9 Mai - 16:34

apres reflexion. schmok le hideux n est ni ange ni dieu. c est la creature de la violence et de la haine. qu elle apparaisse signfie pour baruch et sa famille que malgré ce répis il faut partir. ps baruch et ilse ont ete plus tard dévorés par les loups.
CyrilG
CyrilG

Messages : 89
Date d'inscription : 23/03/2014
Age : 48
Localisation : Souvent en moi-même

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Message par Azed le Dim 11 Mai - 7:19

Merci Cyril pour cet éclairage.
Schmok le hideux meurt-il vraiment ? ne le nourrissons pas toujours par notre propre mémoire ? ne le ressuscitons-nous pas en d'autres lieux et d'autres époques ? pour qu'il nous dévore ou qu'il dévore ceux que nous appelons "ennemis" pour ne pas les appeler par leurs noms Smile

Azed

Messages : 28
Date d'inscription : 13/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Message par CyrilG le Dim 11 Mai - 7:45

shmock le hideux "bite" est l alegorie de la haine et de la violence. il n est pas mort. eternel. baruch et ilse se sont un moment ateles a maitriser la bête. s en accomoder. ils sheherzada face au sultan.
CyrilG
CyrilG

Messages : 89
Date d'inscription : 23/03/2014
Age : 48
Localisation : Souvent en moi-même

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Message par Azed le Dim 11 Mai - 8:24

Smile

Azed

Messages : 28
Date d'inscription : 13/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Message par Menuiziebihan le Dim 11 Mai - 13:03

Voila un fort joli compte, camarade.
Menuiziebihan
Menuiziebihan

Messages : 113
Date d'inscription : 13/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://menuisierbihan.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Message par CyrilG le Dim 11 Mai - 13:20

compte ou conte ou comte?
CyrilG
CyrilG

Messages : 89
Date d'inscription : 23/03/2014
Age : 48
Localisation : Souvent en moi-même

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Message par Menuiziebihan le Dim 11 Mai - 13:25

Désolé j'ai mal fait mes comptes, et de conter fleurette à la fille d'un comte, je n'étais plus en compte, mais quoiqu'on te le dise, et comme qu'on te le serve, tu auras bien compris que tout compte fait, au bout du compte, et au bout de ce conte, ce qui compte c'est ce que l'esprit plus que la lettre dise les mots qui compte...
Menuiziebihan
Menuiziebihan

Messages : 113
Date d'inscription : 13/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://menuisierbihan.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Message par Menuiziebihan le Dim 11 Mai - 13:26

on se récupère comme on peut...
Menuiziebihan
Menuiziebihan

Messages : 113
Date d'inscription : 13/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://menuisierbihan.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Message par CyrilG le Dim 11 Mai - 13:29

bravo. cela me rapelle une de tes lectures chez la délicieuse Sophie..
CyrilG
CyrilG

Messages : 89
Date d'inscription : 23/03/2014
Age : 48
Localisation : Souvent en moi-même

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Message par Menuiziebihan le Dim 11 Mai - 13:31

Le Mot et la Chose
Menuiziebihan
Menuiziebihan

Messages : 113
Date d'inscription : 13/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://menuisierbihan.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Message par CyrilG le Dim 11 Mai - 14:25

exact
CyrilG
CyrilG

Messages : 89
Date d'inscription : 23/03/2014
Age : 48
Localisation : Souvent en moi-même

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Message par CyrilG le Lun 23 Juin - 14:59

exactement, ça c'est la magie du numérique, plus d'un mois après.
Sinon il faudra que tu me lise ta lecture de Céline chez Sophie.
Merci
CyrilG
CyrilG

Messages : 89
Date d'inscription : 23/03/2014
Age : 48
Localisation : Souvent en moi-même

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Message par Menuiziebihan le Sam 28 Juin - 7:26

Bonjour Cyril, pure curiosité de ma part je te vois écrire des réponses mais je ne vois pas de questions, tu as entamé un dialogue avec toi-même?
Menuiziebihan
Menuiziebihan

Messages : 113
Date d'inscription : 13/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://menuisierbihan.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jacob, ses histoires de meuniers et de loups

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum