Train monotone

Aller en bas

Train monotone

Message par Menuiziebihan le Sam 7 Nov - 5:56

Dans le long tube chromé éclairé par des néons fatigués, le regard se perd parmi les visages inexpressifs des voyageurs fatiguée d’une journée monotone , le wagon diffuse a rythme soutenu ses tressautements et ses vibrations, dans le couinement des boggies, les têtes sont baissées sur ces téléphones que l’on s’obstine à dire intelligent, le regard à peine attentif , les yeux sont rivés sur les écrans qui ne connaissent aucun repos : les messages, les jeux, les photos, les textes divers tout cela se chevauchent et s’intercalent le temps du trajet, évitant à l’esprit de quitter le vide hypnotique de l’animation permanente qui s’offre aux yeux des voyageurs, et le gardant loin de toute tentation d’avoir ce qui pourrait ressembler au début d’une réflexion.
Je me rêve loin de ce quotidien morose d’une journée agonisante, je voudrai un ailleurs chaud mais sans moiteur ni touffeur, un soleil éclatant , bien haut dans un ciel azur, dont les rayons aimables, m’entoureraient d’une chaleur de circonstance, léchant une peau bronzée exempte de toute brulure, dans cette belle chimère d’un instant fantasmé, la mer ne saurait être absente et bercerait mon corps dans le confort d’une baignoire océanique.
A quel beau moment qui aurait la perfection du rêve mais à qui manquerait le charme chaotique et hasardeux des imperfections de notre quotidien.
Dans ce wagon brinquebalent, j’ai rêvé d’une soirée familiale et chaleureuse où les ombres danseraient au rythme du feu crépitant dans un cheminée aux lourdes pierres de grès, dans ce doux moment fantasmé, une table chamarrée de bougeoirs aux milles reflets d’or, où les bougies nombreuses diffuseraient leur parfum de cire et la lumière orangée de de leur flamme dansante, je rêve de rires joyeux et de vins charpentés, d’un parc boisé que je devinerai à travers les fenêtres aux belles et lourdes tentures, je rêve d’une soirée improbable mais l’autre matin dans le parfum d’un café fumant, l’étroite cuisine baignait dans la lumière éblouissante d’un haut chêne qui s’était des milles couleurs de l’automne.
J’ai rêvé une nuit d’hiver brillant de mille feux, j’ai vécu un matin d’or dans l’éblouissement d’une journée d’automne.
Menuiziebihan
Menuiziebihan

Messages : 113
Date d'inscription : 13/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://menuisierbihan.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum