Lettre d'un égoïste

Aller en bas

Lettre d'un égoïste

Message par Menuiziebihan le Lun 2 Nov - 21:37

Croyez-bien que j’en suis au regret mais je ne vous aime pas, ce n’est pas que je vous déteste ou pire encore que je vous haïsse, mais plus simplement et plus banalement : je ne vous aime pas, vous souhaiteriez, voire espéreriez, pouvoir susciter en moi un élan, un mouvement, une tendre pensée, et autres sentiments qui ,souvent, sont aisément, et même hâtivement, qualifiés d’amoureux.

Je reconnais et admets aisément votre bonne volonté, j’ai noté , non sans intérêt, et avec une pointe de curiosité, les efforts nombreux , si peu mesurés et si inconsidérés, dont vous avez fait montre pour susciter en moi , une hypothétique attraction, ce début d’attirance qui est aux âmes ce que la loi de Newton est aux corps, mais je me dois de vous dire la vanité de vos tentatives, qui , bien que frisant parfois le ridicule, avait le charme sympathique des actes désespérés.

Cependant je puis vous assurer que j’ne suis singulièrement désolé, d’autant que fort entiché de moi-même, comme vous n’aurez pas manqué de le noter, je ne peux qu’être attiré par cet égoïsme charmant qui, quand on y réfléchit bien, est le fond du sentiment amoureux, et j’avoue une certaine inclinaison pour ce plaisant travers qui est d’autant mieux partagé que chacun y apporte , sans compter, son lot quotidiennement renouvelé.
Ah Madame ! Que ne donnerais-je pas pour avoir, à votre égard, ne serait-ce qu’une ébauche de ce sentiment amoureux qui m’apporterait cette pleine satisfaction de moi-même.

Mais voilà, et croyez bien que la chose me navre, je ne ressens à votre égard, qu’à peine une aimable sympathie, et encore auriez-vous tort de vous réjouir de ce mince filet de faibles vibrations que votre personne semble faire naitre en moi.
Car il est il y a dans le regard que je vous porte, à peine plus de chaleur que ce qui motive le geste sympathique , mais peu enviable, qui nous conduit à laisser quelques pièces dans ces coupelles que quelques êtres perdus tendent aux sorties du métro.
Et de suite je sens venir le mot désagréable que toute à votre déception, vous n’osez formuler tant il vous percerait le cœur de laisser filer entre vos lèvres les quelques lettres qui le forment , et pourtant je vous dois l’avouer, à regret et au risque de vous peiner plus que je ne le souhaiterai, j’ai à votre égard, un sentiment qui pourrait presque être aimable en tout cas qui ne se veut en aucun cas détestable, mais qui, en y réfléchissant convenablement, tient pour l’essentiel à la pitié.

Je vous imagine à cet instant effondrée, en larmes, probablement sanglotant, et pourtant je vous dois cette franchise qui d’ailleurs me coûte d’autant moins que cette peine que je vous ais endurer, je ne saurai la partager , tout corseté que je suis dans mon égoïsme d’indifférence.

Finalement je vous envie, j’aimerai ressentir ces élans naïfs et ridicules qui vous poussent à courir après un improbable amour , butant sans faiblir ni vous lasser sur les différents obstacles que votre conformité et votre peu d’attrait indubitablement dresseront devant vous. Vos échecs passés et futurs, prévisibles en tous points, n’auront jamais étés et ne seront jamais le fait d’êtres vils et mesquins, hâtifs à vous nuire, non bien au contraire vous serez la victime aimable et consentante d’individus biens nés , à l’esprits idéalement construits et qui auront su de longue date se prémunir des lois de l’attraction qui agrègent le genre humain avant de les éparpiller en particules boueuses d’un argile dont ils ont cru s’extraire.

Je vous laisse à votre désespoir, envieux que je suis de votre si plaisant malheur.
Menuiziebihan
Menuiziebihan

Messages : 113
Date d'inscription : 13/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://menuisierbihan.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum