Matin bergamote

Aller en bas

Matin bergamote

Message par CyrilG le Ven 26 Sep - 18:47

Matin(s) bergamote

Il y à tant, dans nos existences, de soirées abusives et de labeurs qui s'étirent et radotent et de matinées industrieuses que nous en oublions de vivre à pleine bouche ces matins trop rares, ces réveils particuliers qui nous parfument le palais avec la pleine saveur de la vie.
Avant le réveil, pour mieux comprendre, remontons un peu le temps. Nous nous sommes couchés tard après un jour de travail et de contraintes, tant physiques que mentales. Les trente minutes ou quarante-cinq minutes de marche que vous vous êtes octroyées en rentrant du bureau ou de l'atelier ne vous ont pas- intimement- suffit. Nous sommes vendredi soir et le diner est un peu une formalité, cela s'étire et vous avez l'impression de devoir un compte rendu détaillé à l'autre qui partage votre vie, l'autre tout aussi chiffonné, rhumatisant, humide, tendu et gargouille que vous.
Après quelques verres et le repas conclu, repus vous vous êtes tourné vers le bambin ou pré ado, conçu par vous un jour d'illumination intérieure et conjointe. Satisfait et éreinté, vous avez compris que l'heure, même la suivante n'était pas propice à la gaudriole. Vous avez embrassé l'enfant et laissé votre compagne le comforter entre oreiller et couette et doudou ou série de vampires pour prépubertaires.
Vous , vous avez incrusté le canapé du salon ou la pauvre chambre d'amis muni de journaux et de romans à essayer, à mastiquer pour mâter votre boulimie de mots et de regards typographiques. Plein écran, cinémascope entre les lignes. Les faisceaux de la nuit. Vous avez noté, gribouillé vos idées à vous, vos ânonnements, en quête d'un tour de main, modeste artisan, vous remettez sans cesse le métier à l'ouvrage, solitaire. En vrac, de biais sur le lit sans fioritures.
Aussi le matin, le matin du samedi, vous vous réveillez dans d'autre draps sans conscience du réveil matin qui a sonné. Les volets ont été entrebâillés et les rideaux et les voilages vous laisse l'impression d'un clair matin de printemps. La lumière à travers les tissus trace au plafond des teintes mouvantes, de verre soufflé, de bonbon translucide serti de légères bulles, menthe glaciales, lingots durs de citron, caramel aérien. Cela en à même la saveur presque.
Vous vous rappelez qu'à la nuit intégrale, sans lumière, à taton, vous avez rejoint las et calmé, votre compagne dans le lit conjugal. Elle, une ondulation tiède, assoupie, qui vous a accepté.
Vous avez sombré dans le sommeil sans un mot, sans tergiverser, sans bavures. Impact au centre de la cible.
Là maintenant, vous êtes réveillé, alangui mais en forme. Accus rechargés. Votre compagne à vos côtés récupère son Prénom, Hélène, Armelle, Sandra, son âge et votre adresse, votre rue et votre ville sonnent à vos oreilles en sourdine comme une poésie, mieux une confidence sensuelle.
Et les caresses et l'étreinte viennent, telles le prolongement de vos mains.

Tout cela a une saveur d'agrume, vif, sucré et acide, du soleil, de la pulpe, du zeste et du zist presque amère, poivré, bonbon pimenté, tonique et profond, cela teinte, cela fond et cela croque. Doux et puissant. On s'en baffrerait, en cascade. Du bonbon à la bergamote On en offrirait en sachets de 500gr brillants et enrubannés en volutes et boucles. Le croquant du matin à la bergamote Le soleil à travers le bonbon. Et l'ombre et la mer si proche. L'agrume confit perlé de sueur, le sourire par dessus.
L’appétit, les mots et le tour de main vous reviennent pour une deuxième fois car même avec le jour la maison croit encore dormir. C'est un matin d'amour et non une nuit. C'est la journée qui commence.
Loin dans la maison une fillette a glissé sa couette et elle même dedans, devant un dessin animé. Vous écartez les bras, bras repliés sous la tête, tous deux. Vous êtes dans la chambre de votre maitresse, son goût, ses meubles, bibelots, ses gravures chinées, étoles, bijoux en grappe sur coffrets et table de nuit, ses sous-vêtements justes à la volée sur le dossier d'une chaise et au pied du lit sa lecture du soir, livre ouvert à la dernière page parcourue et là on reprend sa lecture. Lucille ou Bethsabée s'est levée du lit pour après une simple douche préparer le thé du petit déjeuner dans le service en porcelaine que nous avons choisi ensemble un jour de décembre, un autre samedi à Soho, Londres voilà quinze ans passés. Ce sera du thé noir à la feuille intacte, dense et profond et cela se marie bien avec un matin à la bergamote J'appelle de mes voeux bien des matins comme celui-ci, riche et lucide et acidulé. La journée sera belle, cela m'a mis dans mes chaussures, en marche et je songe à la lumière rencontrée et aux livres achetés, choisis et savourés, vendus et prêtés, aux belles intelligences découvertes, aux mains saisies, à notre souffle, à nos muscles le long du fleuve sous les arbres, tout proches des beautés vertes et bleues de l'eau, la bergamote à la bouche, main dans la main. Bien d'autres matins bergamote en cadeau.


CyrilG
CyrilG

Messages : 89
Date d'inscription : 23/03/2014
Age : 48
Localisation : Souvent en moi-même

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matin bergamote

Message par MdeB le Dim 28 Sep - 7:06

Une friandise. Joli retour. J'adore. Je suis toujours aussi surprise par cette écriture qui se cache dans une boule de nerf.

MdeB
Admin

Messages : 80
Date d'inscription : 10/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://labouquine.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum